Un peu plus encore.

Publié le par domipac19

Dans le série des galères au boulot, les semaines se suivent et se ressemblent un peu.
Lundi, je n'étais pas censée travailler donc, après avoir déjeûné avec Patrick, je me recouche en attendant que la puce se réveille. 7h15, le téléphone sonne, je dois aller travailler. Branle-bas de combat, je m'habille, je réveille Elodie et je l'emmène chez la nounou, toute surprise de nous voir arriver si tôt. A 7h50, je suis au boulot. La tournée n'est pas trop dure, à 11h45, j'ai terminé les livraisons sur Brive, il me reste Uzerche pour l'après-midi.
Après le repas, je pars donc à Uzerche et là, j'arrive trop tôt, mon premier client est fermé. Je vais voir le suivant, idem, je vais donc voir le suivant et rebelotte, ça commence à m'agacer. Je me dis que la maison de retraite(cette fois-ci, je ne me trompe pas, je vais bien à la bonne adresse) sera certainement ouverte. Bingo! Enfin! De là, je reviens sur mes pas pour faire celui qui devait être mon premier et cette fois, il est ouvert. Je recommence ensuite mes livraisons dans l'ordre, ils sont maintenant tous ouverts. Résultat, j'ai mis deux heures pour livrer cinq clients, super.
J'ai un enlèvement à faire à Perpezac le Noir. J'arrive et là, le bouquet, des cartons de livres à prendre, jusque là, pas de problème, sauf que les cartons étaient ouverts. Je fais la remarque à la cliente qui me répond "Ah ben, oui, je n'y avais pas pensé. Ben c'est pas grave, on va les scotcher maintenant." Ca tombe bien, je n'ai que ça à faire! Comment perdre une demi-heure en une leçon.
Aux environs de 16h30, j'étais presque arrivée au dépôt quand mon téléphone a sonné. Oui, je sais, c'est pas bien, il m'arrive de téléphoner en conduisant. Bref, je dois aller à Terrasson pour faire deux enlèvements. Génial, j'en mourais d'envie. Ben du coup, je n'ai pas fini de bonne heure.
Mardi, je crois que c'était la pire journée. J'avais une tournée de fou sur Brive le matin, dont Carrefour, et une petite tournée sur Terrasson l'après-midi. Le top!!!
Bien évidemment à Carrefour, c'était le joyeux bazar. Quand j'y suis arrivée, il y avait un porteur, un fourgon et deux semi qui attendaient. Le fourgon s'est fait refouler et moi, j'ai fait demi-tour, pas le temps d'attendre le bon vouloir de ces messieurs.
A midi, bien sûr, je n'avais pas fini ma tournée de Brive. Je suis donc partie faire Terrasson et j'ai fini Brive en rentrant. Rude journée quand même.
Mercredi, je n'avais pas une grosse tournée car on savait que j'allais passer du temps à Carrefour. En effet, j'y ai passé une heure et demi. Très sympa. Les gars, ils ouvrent tous les cartons là-bas et comme, en plus, j'avais les livraisons de deux jours dont une palette de 36 colis, je vous laisse deviner la suite.
L'après-midi, il ne me restait que du centre ville où j'ai bataillé entre mon camion, un pot de fleur et un lampadaire mais j'ai gagné la bataille.
Vendredi, assez cool dans l'ensemble, sauf l'après-midi, épuisant. En effet, je devais livrer trois palettes de 200kg chacune dans la même rue sauf que je ne pouvais pas m'approcher avec le porteur. J'ai donc du me trimballer les trois palettes à pieds, le top.
Je vous plante le décor. Dans l'hyper centre de Brive, avec toutes les places de livraisons occupées sauf une, la plus éloignée, bien sûr. Je m'y pose donc. La rue n'étant pas large et à sens unique, je suis obligée de marcher au milieu de la rue avec mes palettes et la file des voitures derrière moi. Inutile de vous dire que je ne suis pas passée inaperçue, d'autant plus qu'il y avait des obsèques et plein de monde sur le parvis de l'église pour assister au spectacle. Et le manège en trois représentations. Ben oui, tant qu'à faire, autant ne pas faire les choses à moitié.
Par contre, l'avantage, c'est que j'ai débauché très tôt mais bien fatiguée quand même.

Commenter cet article