Salers.

Publié le par domipac19

Dimanche, il faisait beau, nous avons donc décidé d'aller visiter qq chose. Après s'être renseignés sur internet, nous avons constaté que tout était fermé et que les prochaines ouvertures de sites se feraient seulement à partir du 15 mars. C'est vraiment dommage, il fait trop beau pour rester enfermés. Patrick a donc eu une idée lumineuse. Pourquoi n'irions-nous pas à Salers? Ca nous promènera, au moins.
Nous voilà partis aux alentours de 10h15 avec un beau soleil mais un vent froid. Nous arrivons à Salers, dans le Cantal, là où il y a de jolies vaches rouges et aussi un breuvage célèbre du même nom. Nous arrivons vers 12h30 et, en descendant de voiture, nous sommes surpris par la douceur de la température. Nous nous mettons en quête d'un restaurant et nous en trouvons un, le premier qui se présente à nous, en fait, qui nous convient.
Nous nous installons et je m'inquiète un peu, j'ai peur que la puce ne se tienne pas forcément tranquille. A la maison, les repas sont parfois houleux. Non, elle est sage. Nous commandons et Elodie commence à nous dire "A faim", j'espère qu'ils vont se dépêcher de nous servir. C'est assez rapide, tout va bien. Je suis très étonnée de la patience d'Elodie. En même temps, elle est très fière, sur son réhausseur et bcp de gens la regardent.
Nous avons choisi, en entrée, une salade au bleu d'Auvergne,  pour Patrick, et une terrine de campagne, pour moi. Pour Elodie, c'est un menu enfant, jambon blanc et frites(elle n'en mange pas souvent, c'est seulement la deuxième fois). On se régale, le glouton de service ne donne pas sa part au chien, elle nous autorise toutefois à lui prendre qq frites en attendant nos plats. Ce sera un andouillette, frites pour Patrick et un sauté de boeuf aux légumes, pour moi. Rien à dire, c'est super bon et copieux, on a bien failli ne pas finir nos assiettes. Pendant ce temps, la puce a quasiment fini la sienne, qui pourtant, était assez conséquente pour un enfant, de son âge de surcroît. En dessert, nous avons eu une île flottante maison(rien à voir avec ce qu'on achète au supermarché) et bébé glouton a eu une crème dessert au chocolat. Elle a été super sage pendant tout le repas, j'ai été agréablement surprise. Après un café, nous réglons l'addition(plus que correcte compte tenu de la qualité et de la quantité) et nous prenons congé.
En sortant, énorme surprise, le vent s'est levé, il est glacial, voir polaire(je n'exagère pas). Nous visitons un peu le village mais pas trop longtemps parce que ça caille.DSC03739--640x480-.JPG
DSC03748 [640x480]-copie-1




















Quand on regarde la fontaine, on voit bien que je ne mens pas quand je dis que le froid est polaire.
Bref, après cette courte visite glaciale, Patrick décide d'aller au Puy Mary, à une vingtaine de kilomètres de là. Bonne idée, au moins, on sera au chaud dans la voiture. Nous quittons Salers mais un panneau nous indique que le Puy Mary est fermé( pour cause de neige), nous décidons d'y aller quand même, la route est jolie. C'est vrai, en plus, les montagnes sont enneigées, c'est vraiment très beau.
Donc effectivement, en arrivant là-haut, la route est barrée, toute enneigée elle aussi. Nous faisons demi-tour et empruntons la route de la vallée de la Maronne. En fait, pour l'aller, nous avons pris la route du haut, là, c'est la route du bas qui est quasiment parallèle à l'autre. Par contre, c'est pommé, il n'y a pas un chat, à part qq courageux autochtones qui font une petite marche dominicale, bien emmitouflés.
Ce qui m'inquiète, moi, depuis le départ de Salers, c'est la nomenclature de la route. Ca tourne bcp, nous venons de faire un copieux déjeûner et j'ai peur que le petit estomac de la puce n'y résiste pas. Effectivement, à qq kilomètres de Salers, sur le retour..... ben je vous passe les détails.
Cette fois-ci, j'avais prévu des vêtements de rechange(parce que c'est déjà arrivé quand la puce était toute petite et je n'avais pas de rechange ce jour-là) et nous procédons à un déshabillage-rabillage dans le froid, la pauvre, elle grelotait. Une fois changée, nous repartons pour, cette fois, regagner nos pénates. La puce, l'estomac plus léger fini par s'endormir et le retour se passe sans encombres.
Sauf que la puce et moi-même avons toutes les deux pris froid. Bonne idée d'aller à Salers en hiver. Ben on se soigne et ça commence à aller mieux.
DSC03764 [640x480]

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article