Saint Hilaire Bonneval.

Publié le par domipac19

Dimanche dernier, dernier concours complet de la saison avec Rosialta, toujours en club2.

Et nous voilà partis, pour ce dernier opus, avec les mêmes cavaliers et les mêmes chevaux, de bonne heure et de bonne humeur. Cette fois-ci, Antoine nous accompagnait de nouveau donc on était sûr de ne pas faire de détente seul. De toutes façons, les horaires se goupillaient bien donc ça allait.

Comme d'habitude, je passais en fin de matinée donc j'avais le temps de me préparer tranquillement. Là, j'avais tout fait. La jument était piontée, le toupet aussi, j'avais tressé sa queue et j'avais même fait les damiers sur la croupe. Toute jolie qu'elle était, ma rosette. Ben alors, moi, j'ai une devise "Si on n'est pas bon, soyons beau, qu'on se fasse au moins remarquer pour qq chose".

La veille, pendant la reprise, Coach a monté la miss un instant pour me montrer qq chose. Il a bien fait parce que j'ai vraiment compris un truc. Du coup, j'ai pu m'en servir au cours de ma détente et c'est vrai que la jument était bcp mieux. Je m'en suis aussi servi pendant ma reprise mais bon, les notes ne se sont guère améliorées, je finis 23/30 après le dressage.

De suite après le dressage, on fait la reconnaissance du saut puis on va tranquillement à la détente. Vient enfin mon tour et me voilà lancée. Tout se passe bien jusqu'au 10, un double dont juju dérobe le deuxième élément. Je reviens et elle enchaine les deux sans problème. On prend 4 points mais on reste à la 23ème place. Au moins, on n'a pas reculé.

Le temps de vaguement m'occuper de Rosi, j'attrape un sandwich et direction le cross pour la reconnaissance. Ouh la la, ben ça a l'air technique, cette histoire. C'est vallonné, il y a du dévers et puis plein de truc à calculer pour les abords. Bref, je ne le sens pas trop, surtout le 7, un contre-haut. On verra bien. Retour au camion et préparation de la bête puis direction la détente où là, c'est un peu long. Je n'aime pas trop attendre comme ça. Enfin on me dit de me rendre sur le tour. En chemin, je croise des cavaliers qui reviennent et là, ils ont tous du temps d'avance ou alors, ils ne finissent pas. Hum.

Juste avant de partir à mon tour, je regarde le cavalier précédent et je trouve qu'il n'avance pas mais pourtant, il est pile dans les minutes donc ça doit être ça la recette, ne pas aller trop vite.

Allez, dans la boite de départ, j'enclenche le chrono et hop, c'est parti! Bon, sur le 1, un bête tronc, le saut est un peu bizarre mais ça passe. Le 2, un transat en bois, vient assez vite mis je ne me laisse pas déborder par la vitesse car on enchaine de suite avec le 3, un double de palissades, qui se saute bcp mieux que ce que je pensais. Ensuite, ma jument pensait partir à fond mais non, j'ai tenu parce que les choses se compliquent avec un abord en dévers et en tournant sur un obstacle massif pour le 4, un gros coffre. Dans le prolongement, le 5, une sorte d'escalier, mais je ne la laisse toujours pas partir parce que derrière, il y a un obstacle qui n'est pas pour nous mais bien voyant, un directionnel foncé avec une grosse cible bien colorée peinte dessus, genre le truc qui se voit comme le nez au milieu de la figure mais à 3 kilomètres. On est en avance de qq secondes donc c'est bon.  A la réception, je tiens toujours parce qu'après un tournant, le 6 présente la difficulté d'une réception en descente et au début, les chevaux ne la voient pas donc attention. J'ai d'ailleurs bien fait de me méfier parce que la miss était bien partie pour ne pas y aller et dérober. J'ai réussi à la recadrer avec mes jambes et un coup de cravache sur l'épaule. Bon, dans la descente, je laisse un peu couler mais pas trop puis je la laisse remonter et là, je la reprends parce que la grosse difficulté du parcours se précise, le 7. Il y a une descente, en bas il faut tourner(autour du gué, en fait) un peu sec et sauter un contre-haut suivi, une foulée plus loin d'un contre-bas. Ben j'arrive à descendre au galop train de cso, à bien tourner et à relancer un peu pour le contre-haut qui passe bien, enchainé de suite avec le contre-bas qui passe bien aussi. Oh ben je suis contente, j'ai réussi ce que je redoutais le plus. La deuxième minute sonne et on toujours qq secondes d'avance mais rien de méchant.  Bon, on ne se laisse pas distraire parce que le 8, un trou, est un peu technique lui aussi, il faut tourner en descente, relancer et lever la tête du cheval pour qu'il ne regarde pas le trou. On enchaine avec le 9, un toit de bergerie puis avec le 10, un tronc et ça passe super bien. Maintenant, ça se complique encore un peu. Il faut tourner, descendre pour aborder le 11, un panoramique regardant avec une réception sur du mâchefer gris clair(regardant pour le chevaux qui viennent de tout sauter sur de l'herbe) avec le gué derrière et le 12, un coffre surélevé dans la montée en suivant. Je gère donc mon virage et ma descente mais non, Rosialta a décidé que non, il ne lui plait pas, cet obstacle et hop, elle dérobe. Je reviens à l'autre main et rebelote, la même. Euh...On y retourne mais non, elle n'en veut pas du tout et dérobe une troisième fois. Ainsi se termine notre parcours de cross. Bon, je ne suis pas trop déçue parce que j'ai eu énormément de plaisir sur ce parcours pour sauter les dix obstacles précédents et puis de toutes façons, même sans faute, on n'aurait pas classé donc voilà.

Retour au camion, pansage, douche, argile, bandes de repos et emballage pour le transport. On charge tout ce petit monde et là ô miracle, le camion démarre. Oui, il a été réparé depuis le dernier concours. Retour au bercail où on soigne vite fait les chevaux, foin et granulés, puis retour à la maison, de bonne heure pour une journée de concours, par rapport à d'habitude, où je retrouve ma petite famille.

 

J'ai mis toutes les photos prises sur ce concours dans l'album CCE St Hilaire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article