Peyrat de Bellac.

Publié le par domipac19

Dimanche 20 mai, j'étais de nouveau en concours complet, toujours en club2 avec Rosialta.

Bon, là, c'est un peu loin alors debout super tôt parce que départ tôt aussi. Et puis le temps n'était pas avec nous, il a plu. En cours de route, petit stress parce que le camion s'est mis à ralentir tout seul et du coup, on était limité à 80 km/h au lieu des 90 habituels sur l'autoroute. La pluie nous a tenu compagnie pendant tout le trajet et une partie de la matinée. Burk, j'aime pas les complets sous la flotte.

On a un peu tourné pour arriver parce que coach ne savait pas exactement où c'était puis bon, le GPS, c'est pas toujours ça. Finalement, on a appelé le club qui nous a guidés puis nous sommes finalement bien  arrivés. Vite vite, il a fallut aider la première cavalière de chez nous à préparer parce que la pauvre, il ne lui restait plus que 4 chevaux devant elle pour détendre. Moi, j'avais du temps, je passais en fin de matinée.

Quand mon tour est venu, je suis allée à la détente et là, c'était sur l'herbe et ça glissait. Bon, Rosialta n'était pas trop mal, ça aurait pu être mieux mais bon. A un moment, une jeune fille est venue me voir pour me dire que je ne devais pas détendre là mais que je devais sortir et aller sur un autre paddock, plus loin. Pas question, ma jument aurait cru qu'on retournait au camion et elle aurait été toute cucul après. J'ai gentiment exposé mon problème à la jeune fille qui m'a laissée rester là, ouf, puis mon heure a sonné pour aller dérouler ma reprise et c'est à ce moment-là que la pluie a décidé de refaire son apparition. Bon, heureusement, pas pour très longtemps.

Moi, je l'ai trouvée pas trop mal, j'avais des sensations pas si mauvaises mais comme il y avait deux carrés côte à côte, dès que le cheval d'à côté passait près de nous, paf, Rosi en profitait pour faire la nouille. Bon, ma foi, j'étais quand même assez satisfaite mais bon, les notes étaient comme d'hab, pas terribles néanmoins, je n'étais pas antépénultième, cette fois-ci. Bref, je vais au camion et je prépare direct pour le saut, de toutes façons, ça ne passe pas dans l'ordre.

Au paddock, ça va, la jument est bien mais moi, un peu bof. Je vais sur mon tour, la cloche sonne et c'est parti. Euh...je ne sais pas ce que j'avais mais je ne voyais pas une foulée. J'ai monté comme une pelle à tarte, jamais avec ma jument qui elle, me sauve la mise sur chaque saut et elle manque même de tomber dans le dernier double où, je ne sais pas pourquoi, je voyais deux foulées alors qu'il n'y en avait qu'une. Merci Nénette. Malgré tout, on sort sans faute et on se retrouve 19/25. Ouais, bof, c'est pas terrible.

Je mange un morceau et on part reconnaitre le cross. Ouh la, temps imparti, 3,40 minutes. Oh chouette, ça va durer un peu, le plaisir! Il est long, ce cross, avec de belles galopades mais aussi avec un peu de technique et des obstacles un peu "impressionnants" pour certains. Retour au camion, on prépare et on détend. Bon, à la détente, c'est la suite du saut, je ne suis pas avec la jument, tellement qu'elle s'arrête deux ou trois fois sur l'oxer. Pas bon du tout. Du coup, ça me stresse un peu plus pour partir sur le cross d'autant qu'il y a pas mal de pénalités, tant en dépassement de temps que l'inverse, des cavaliers bcp trop rapides et qq refus. Après un peu d'attente, me voilà dans la boite de départ.

Pour le numéro1, un tronc un peu massif, elle me fait un saut bizarroïde(ou bien c'est moi qui ne suis pas à ma place) mais bon, ça passe puis on fonce vers le 2 qui avait un abord un peu délicat. Il y avait une espèce de fossé une ou deux foulées avant l'obstacle et coach nous avait dit de repasser au trot. Je n'ai pas eu besoin de le demander, Rosi l'a fait d'elle même puis la stère de bois s'est bien passée. En route vers le 3, un bête tronc après une galopade et avant une super galopade pour aller chercher le 4, une combinaison. Un peu avant l'obstacle en question, il fallait tourner à angle droit donc repasser au trot parce qu'il y avait de la boue. Emportée par la vitesse, j'ai eu du mal à tourner et du coup, je ne suis pas arrivée très droit sur la combinaison de coffres directionnels et paf, un dérobé sur le 4A. Je fais une volte et je reviens, on passe les deux sans encombre puis on se dirige vers le 5, un vertical un peu surélevé qui se passe tout seul. De nouveau une grande galopade vers le 6, une combinaison de palissades. Bon alors là, l'abord est un peu périlleux parce qu'il y a des souches au sol, ça tourne et il y a de nouveau cette espèce de fossé. Il fallait repasser au trot, ce que j'ai fait, du coup, le premier saut a été un peu space mis bon, c'est passé quand même et on enchaine de suite avec le 7, un petit panoramique qui monte sur une butte, le 8, un contre-bas et le 9, un trou. Pour le trou, coach a dit comme à Saint-Antoine l'an dernier "les chevaux ne doivent pas regarder le trou". Ainsi fut fait et c'est bien passé. Ensuite, on tourne à gauche un peu loin pour aborder le 10, un directionnel. Il ne me plaisait pas, cet obstacle, c'était un gros pneu de tracteur mais finalement, il s'est très bien passé puis s'ensuit une nouvelle galopade vers le 11, un tronc un peu gros. Bien passé aussi, on remonte vers le 12, une pyramide directionnelle qui passe comme une lettre à La Poste.

Je prends donc 20 points de pénalités pour le refus plus du dépassement de temps ce qui me place, au final, 14/20.

Bon, je suis contente d'avoir eu de belles sensations et de belles galopades mais ce refus, j'ai du mal à le digérer parce que c'est entièrement de ma faute. Je m'occupe de la jument et je n'arrive pas à décrocher un mot tellement je suis dépitée. On est prêts pour charger le camion et là, au moment de démarrer, rien, le camion ne démarre pas. Coach tente toutes les solutions possibles mais toujours rien. Pour finir, il demande au gérant des lieux de l'aide avec un autre camion pour ponter mais ça ne vient pas de la batterie. La solution finale fut donc de tirer le camion avec un gros tracteur et là, il a bien voulu démarrer. On charge vite et on fait bien attention de ne pas caler et puis on rentre. Le régulateur de vitesse s'est débloqué, on roule normalement jusqu'à la destination finale.

On débarque les chevaux, décharge la sellerie du camion et on rentre dans nos pénates respectives. Moi, je suis bien fatiguée et le lendemain, je bosse. Vite, au dodo.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article