Parc animalier.

Publié le par domipac19

Dimanche dernier, vu que c'était presque l'été, on a décidé d'aller se promener. Notre choix s'est porté sur le parc animalier de Gramat, dans le Lot voisin. On y été déjà allés quand Elodie était petite, elle avait moins d'un an.

Après le repas pris de bonne heure,nous avons pris la route et, inévitablement, les filles ont fait la sieste dans la voiture. Au moins comme ça, c'est fait et les trajets sont ainsi plus cools aussi. Dès l'entrée du parc, Elodie voulait faire du portique. Ben oui, les balançoires, toboggans et autres se trouvant juste à la sortie/entrée du parc, ça donne envie aux enfants, ça. Non, non, non, on a d'abord fait la visite et ensuite, les jeux, hein. Elodie était contente parce qu'on lui avait confié l'appareil photo. Elle adore faire des photos. Bon après, il faut faire du tri parce qu'elle prend tout et n'importe quoi et un peu n'importe comment aussi mais bon. Ben là, non, toutes ses photos sont cadrées et nettes et à part une qui prend n'importe quoi, les autres sont super pour une enfant de pas tout à fait 5 ans. Julie était marrante parce qu'à chaque animal, elle disait "Bonyour". Elle les reconnaissait bien aussi, hein, les vaches, les cochons, les loups, les moutons, les cocos(traduisez chevaux), les nounours, les canards, etc.....Puis elle a de bons yeux parce qu'elle voit des trucs que nous, on ne voit pas forcément du premier coup.

La balade dure 2 heures sans se presser mais bon, on finit par trouver un peu le temps long, sur la fin et surtout les miss"j'ai faim, j'ai chaud, j'ai soif, j'ai mal aux jambes et j'en passe". Vive les enfants.

Après l'effort, le réconfort, un petit passage par la buvette pour une boisson fraîche et un tour aux portiques et là, curieusement, plus personne n'a mal aux jambes. C'est magique.

Ensuite, retour en voiture où là, ben elles n'ont pas dormi alors que j'aurais cru le contraire.

Bref, une belle journée avec un beau soleil, n se serait crus en été.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article