Julie.

Publié le par domipac19

Ca y est, Julie est enfin arrivée. Elle s'est faite désirer, tout comme sa soeur en son temps.

Alors voilà, je suis donc rentrée à la maternité mardi 1er mars au soir, pour un déclenchement prévu le lendemain matin. La soirée a été un peu tristouille, toute seule dans cette chambre. Je pensais bcp à Elodie et son papa, restés seuls à la maison.

Le lendemain matin, on m'a fait descendre dans une salle et on m'a mise sous monitoring. Patrick m'a rejointe après avoir emmené Elodie chez la nounou. Ensuite, on m'a mis un gel sensé déclencher les contractions et s'en sont suivi deux heures de monito. J'avais faim, j'avais soif et j'avais mal aux pieds à cause des cales sur la table où j'étais installée. Quand tout a été fini, retour dans la chambre, j'ai pu manger à midi et en route pour une longue attente.

Vers 14h00, je commençais à ressentir des contractions, je me suis dit"Ca y est, c'est parti". Avec Patrick, nous sommes allés nous promener un peu, il parait que la marche, ça aide. Les contractions allaient et venaient, nous avons marché, dormi, papoté, regardé la télé, grignoté, bref, nous nous sommes occupés comme nous pouvions.

Vers 18h00, je me suis aperçue que je ne ressentais plus de contractions. J'ai demandé à une infirmière si c'était normal, elle m'a dit que c'était un faux travail. Résultats, Elodie a dormi chez la nounou et Patrick est rentré à la maison vers 21h00 parce qu'apparemment, ce n'était pas pour tout de suite.

Le personnel était très sympa, la sage-femme est passée prendre des informations nécessaires et nous expliquer la marche à suivre pour le lendemain.

Je n'ai pas trop mal dormi, bien que je me sois endormie tard. Il était bien plus de minuit pour un réveil à 7h00 le lendemain matin. A7h30, on est venu me chercher pour descendre là où tout devrait se dérouler. Un monitoring pour commencer, pour toute la journée, en fait. On m'a posé une perfusion par laquelle on m'a injecté le produit miracle qui déclenche l'accouchement. Patrick nous a rejoints et nous avons attendu.

Le personnel était top. Nous avons eu l'honneur d'avoir une sage-femme homme. Il était super sympa et nous a appris plein de choses. Nous savons maintenant pourquoi on ne dit pas un sage-homme. En fait on dit sage-femme parce que sage = savoir et femme pour le savoir sur la femme. Il fallait y penser.

Bref, nous avons aussi appris que la sage-femme très gentille de la veille n'était autre que Miss Limousin. Ben oui, je n'accouche pas avec n'importe qui, moi. Bref, voilà pour les mondanités.

Vers 10h00, je commençais à bien ressentir les contractions. Ce n'était pas hyper douloureux, ce que je redoutais un peu. Pour Elodie, j'avais tellement souffert(j'admire les femmes qui ont accouché et qui accouchent sans péridurale) que de me dire que ça allait recommencer ne m'enchantait guère. Finalement, pas de souffrances inutiles, quand le travail a été bien engagé, ils m'ont fait la péridurale salvatrice et là, c'est parti pour une journée sans douleurs. Le travail avançait bien, les contractions étaient régulières et le coeur de bébé parfait. Il n'y avait plus qu'à attendre. J'avais faim et soif(oui, encore) et Patrick n'arrêtais pas de parler de nourriture(sans le faire exprès, bien sûr). En dehors de ça, le personnel était bien sympa, on a bien rigolé tout au long de la journée.

Vers 17h30, les contractions étaient plus fortes et la péridurale commençait à ne plus faire effet. C'était parfait comme ça, je pouvais les ressentir sans pour autant que ce soit particulièrement douloureux. Le fait de ressentir les contractions, même si c'est léger, m'a permis de pousser comme il faut et pas dans le vide. 17h45, le vrai travail commence, je pousse sous les ordres de mon sage-femme  et en avant. La miss se présente bien, on voit ses cheveux. Chose rare, le sage-femme demande à Patrick s'il veut voir. Ce n'est pas souvent qu'on propose ça aux papas et je trouve que c'est intéressant aussi de voir comment ça se présente.

On me demande de pousser encore et encore mais là, bébé est coincé  pas loin de la sortie. On me propose aussi si je veux voir où j'en suis. Je dis oui et on apporte un grand miroir dans lequel je vois effectivement les cheveux de ma fille tout près de la sortie. Il reste deux centimètres à franchir.Bon, ben il faut encore pousser mais là, je commence à faiblir.

Pas de solution miracle et bébé ne peut rester là indéfiniment. Le sage-femme fait donc appel au gynécologue de garde. Une autre sage-femme avait préparé les forceps(ça, je connais déjà) mais finalement, c'est la ventouse qui sera utilisée, le but étant d'éviter la déchirure et l'épisiotomie.

Le gynéco commence à tirer en même temps que je pousse pendant une contraction. Et là, tout le monde a entendu craquer, j'ai fait un bond sur ma table. J'ai eu peur que ce soit les cervicales de ma fille qui aient craqué à ce point mais non, c'était tout bonnement mon coccyx.

En fait, j'ai le coccyx en hameçon(recourbé vers l'intérieur) et du coup, c'est lui qui retenait bébé. Quand le praticien a tiré avec la ventouse, ça a forcé sur le coccyx et ça l'a luxé. Rien de grave, il faut juste un peu de temps pour que les ligaments s'en remettent.

Bref, j'ai poussé une ou deux fois et à 18h33, dénouement final, j'ai senti qu'elle sortait. On me l'a mise sur le ventre, nous l'avons frictionnée et elle a poussé très vite son 1er cri. C'était un très beau moment.

Tout le monde l'a trouvée belle et costaud, elle est aussi brune que son papa et que sa soeur est blonde. Ils l'ont emmenée pour faire les premiers soins et le papa est allé avec. A moi aussi, on a fait les soins. Expulser le placenta et recoudre parce que l'épisiotomie que j'avais eu pour Elodie a lâché, la peau à cet endroit étant plus sensible. Rien de dramatique, juste 4 ou 5 points.

Patrick est revenu un peu plus tard avec Julie dans les bras et là, v'là les mensurations de la bête : 4,135 kg pour 54cm. Un bébé d'un mois, en fait. J'avais l'air ridicule, moi, avec mes vêtements de naissance tous trop petits. Heureusement, j'avais quand même eu la bonne idée de descendre un pyjama de taille 1 mois. Là encore, on a bien ri. Ensuite, elle a eu droit à sa première tétée. Elle a eu l'air d'apprécier, moi bcp moins parce que c'était douloureux. J'avais eu les bouts de seins très sensibles tout au long de la grossesse et là, ben voilà. Bon, c'était supportable mais bon, pas très agréable.

Voilà, nous avons passé une bonne journée et avons eu un beau cadeau. Ca valait le coup d'attendre(T+6, quand même). Patrick est ensuite allé récupérer la puce chez la nounou et moi, je suis remontée dans la chambre avec Julie. La nuit a été un peu chaotique mais c'est normal.

100_7213.JPG

 

 

 

Commenter cet article

Extreme 13/03/2011 23:53


Bienvenue Julie.
Félicitations aux parents ainsi qu'à la grande soeur.


janine Bleiker 11/03/2011 22:00


BRAVO....Entre une sage femme miss Limousin et un sage homme, Julie aura surement un destin hors du commun!!!!! En tout cas, elle est magnifique, bravo aux heureux parents et courage à la puce!!!!
Et merci de nous faire partager ces moments de bonheur.


marion 11/03/2011 12:43


Coucou c'est marion du forum des mams.Je te souhaite toute mes felicitations a toi au papa et a élodie pour cette tres jolie princesse qui est enfin arrivée!et bienvenue parmis nous a julie!
pleins de bonheur pour vous