Boulot, boulot.

Publié le par domipac19

Ben oui, il faut bien, il y en assez de ne rien faire. J'ai repris le boulot chez le transporteur où je m'étais arrêtée en février. J'ai aussi retrouvée mon ancienne tournée et mes clients, je suis bien contente. Sauf une fois où ils m'ont envoyée à Egletons et qq bleds alentours. J'en aurais pleuré quand j'ai pris ma tournée au matin. On m'a bien tout expliqué et ça s'est bien passé. Il ne me l'ont plus jamais donnée et c'est tant mieux, Brive Ouest me convient très bien.

Il y a bcp de positions et de volume, il faudrait des journées de 48 heures pour tout passer mais bon, on gère, du moins, comme on peut. L'après-midi, c'est parfois un peu folklorique parce qu'il y a des particuliers qui ne se rendent pas toujours compte de ce que c'est.

Un exemple : Une mamie à qui je doit livrer une palette de vin. Je l'appelle pour lui demander où elle habite exactement et je lui demande bien si ça passe en poids-lourd. Elle m'engueule "oui! je vous dis que les gros camion ils viennent chez moi! Vous pourrez faire demi-tour, il y a un grand parking chez moi!" Oui tu parles. Ca montait tellement que le camion n'arrivait pas à avancer, l'embrayage puait le crâmé, en plus, c'était étroit comme tout. Une fois que j'étais dans sa cour(le grand parking selon elle) elle commence par m'engueuler de nouveau parce que je n'ai pas trouvé tout de suite et j'ai dû la rappeler et puis elle me dit "ah ben si j'avais su que vous aviez un si gros camion, je vous aurais dit de laisser la palette en bas", c'est y pas mignon? Pour le demi-tour, c'était just parce que sa cour faisait la longueur de mon camion en largeur, j'ai dû m'y reprendre en plusieurs fois.

Ou bien les gens qui râlent parce que je n'ai pas de GPS, ou bien parce qu'ils ont un avis de passage sur leur répondeur. Ben oui mais bon, ils ne répondent pas au téléphone alors...

Enfin voilà, je fais de bonnes journées mais ça paye. Je suis fatiguée mais c'est une fatigue saine. Et puis bon, j'ai du boulot, je ne vais pas me plaindre, il y en a qui n'en ont pas.

 

Commenter cet article